© 2016 • Julien Ysebaert • Tous droits réservés • Mentions légales

DIMANCHE (2011)

SYNOPSIS
Samuel, fraîchement parisien, se rend à Fontainebleau

pour une promenade dans les bois. Après quelques heures de marche, il y fait la rencontre de Mathilde et Bertrand, un jeune couple perdu

et en plein désarroi. Samuel est loin de s’imaginer où cela le mènera.

 

Réalisation : Julien Ysebaert

Scénario : Anaïs Daumard, Julien Ysebaert

Casting : Pierre-Louis Jozan, Mélodie Le Bihan, Anthony Dechaux

Dimanche est une comédie se déroulant en deux temps. Le spectateur découvre tout d’abord un jeune homme, Samuel.
L’ambiance de son travail lui pèse. Il s’échappe de ce quotidien. D’abord seul, en se baladant en forêt, puis de façon plus
inattendue quand sa tranquillité est troublée par un couple perdu dans les bois. Entre une femme à la limite de l’hystérie, et un mari
plutôt soumis, Samuel se retrouve spectateur d’une scène de ménage interminable. Sa timidité, sa gentillesse et son éducation
l’empêcheront de s’échapper de cette situation.

INTENTION DE RÉALISATION

Notre intention principale est de créer une comédie légère où l’humour, subtil, absurde et parfois décalé n’empiètent pas sur la beauté de l’image. C’est d’ailleurs de cette façon que Maupassant à conçu cette histoire, en conciliant une poésie bucolique au grotesque d’une situation.


À partir de la séquence 2, le sentiment de liberté prend le pas. Dans sa petite voiture, Samuel est libre, il chante, il fume et porte
déjà un regard attentif sur ce qui se passe autour de lui. Dans cette séquence la musique rock accompagne le personnage tout le
long de la route. Nous voulons aborder cette séquence comme une présentation du personnage au spectateur. Filmé avec comme
référence le film A single man de Tom Ford, l’image donne à Samuel un certain charme.
Dans la séquence 3, Samuel marche en forêt. Il y respire enfin. Nous prévoyons à la fois des plans sur le personnage dans la
forêt, mais également des plans contemplatifs sur différents éléments qui constituent le monde de la faune et de la flore (insectes
rampant, verdure, arbres, roches...) ou encore sur de très beau panoramas. Pour cela nous nous rapprochons des films de
Terrence Malick comme La ligne rouge ou Le nouveau monde.
C’est avec l’arrivée des deux personnages secondaires (le couple de mariés) que Samuel est de nouveau confronté à la réalité du
quotidien. Cela sera caractérisé par un travail important sur le mouvement de la caméra, le cadrage, les flous. Samuel ne sait pas
encore ce qui l’attend. Au moment de la rencontre, nous prévoyons des plans qui souligneront la force du personnage de Mathilde
et la soumission de Bertrand en référence à American Beauty de Sam Mendes.

 

Concernant la direction des acteurs, nous voulons un échange souvent rapide, burlesque et drôle tant par les répliques que dans la
gestuelle des personnages.

À droite, schéma de fabrication

de la tyrolienne, pour le plan

où Samuel monte sur les rochers

de Fontainebleau.

Fabrication artisanale :

Roger Ysebaert